** Possibilités de séances à distance par visioconférence **

Les troubles dys et les TSA (Troubles du Spectre de l'Autisme)

La dyslexie

La dyslexie peut se définir par « une difficulté massive et persistante d’accès à la lecture, se traduisant par un retard d’au moins deux années scolaires par rapport à l’âge réel chez un enfant d’intelligence normale, scolarisé selon les normes habituelles, ne présentant ni trouble sensoriel, ni lésion neurologique patente, ni trouble envahissant du développement » (Mazeau, 2005).

Les signes qui alertent

  • Chez le jeune enfant, vers 3 ans, la dyslexie peut se manifester par des troubles de l’attention, du langage, de la concentration, une difficulté à dessiner
  • Plus tard, lorsqu'il lit, l'enfant peut confondre certaines lettres (par exemple le b et le d), omettre des sons, inverser la séquence des sons à l’intérieur d’un mot ou changer un son pour un autre. Ces difficultés l'amènent essayer de deviner les mots: au lieu de lire syllabe par syllabe, il tente de le lire dans son ensemble en se fiant à certains repères graphiques ou sémantiques (sens) (ex : premier pour promenade, chat pour chien). Ce type de dyslexie entraîne souvent une lecture impulsive et imprécise ou au contraire extrêmement lente
  • L'enfant dyslexique n'est pas moins intelligent que les autres. Il fournit souvent de très gros efforts pour surmonter ses difficultés. Il en résulte une grande fatigue qui doit également alerter son entourage ou ses enseignants

Le diagnostic

Il doit être posé par des professionnels : orthophoniste, pédiatre ou psychologue, à partir de tests et d'un bilan.

Mon intervention

Elle est complémentaire de celle des autres professionnels et se fait avec la participation des parents.

Je travaille à partir de l'enfant et de ce qu'on lui demande à l'école ; leçons, devoirs, etc., le but étant que votre fille ou fils puisse réutiliser tout ce qu’il/elle aura appris, que ce soit à l'école où à la maison. La participation des parents aux séances leur permet de continuer à aider leur enfant en permanence.

J'utilise différentes méthodes spécialisées (mind mapping, matériel et méthode Montessori, etc…), l’objectif étant de trouver celle(s) lui correspondant au mieux.

Vous pouvez me joindre au téléphone entre deux séances en cas de besoin ou si vous souhaitez simplement un conseil ou échanger avec moi sur une situation imprévue.

   

La dysorthographie

La dysorthographie est un trouble persistant de l’acquisition et de la maîtrise de l’orthographe. Il affecte principalement l’apprentissage et l’automatisation de la correspondance du son écrit au son oral (correspondance phonème graphème) ainsi que la capacité à se représenter visuellement l’orthographe des mots.

Ce trouble d’apprentissage engendre fréquemment :
  • des omissions (fagile pour fragile)
  • des inversions (fargile pour fragile)
  • des substitutions de lettres et/ou de syllabes (vragile pour fragile) dans les mots écrits

De façon générale, les troubles de l’orthographe sont souvent plus sévères, mais surtout persistent plus longtemps que les difficultés en lecture. Néanmoins, un enfant peut être affecté d’un trouble spécifique de l’orthographe sans qu’il n’y ait de trouble de la lecture.

Les signes qui alertent

  • Ajout de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots
  • Inversion de lettres ou de syllabes à l’intérieur des mots (setp pour sept)
  • Difficulté à respecter l’entité des mots (ex.: lajout pour l’ajout, unabit pour un habit)
  • Orthographe grammaticale souvent très faible (accord dans le groupe du nom, respect de la conjugaison des verbes, etc.)
  • Orthographe d’un même mot qui varie d’un endroit à un autre (enfan, anfan, anfent)
  • écriture irrégulière et malformation des lettres
  • Confusion de sons proches (mer pour mère)

Le diagnostic

Il doit être posé par des professionnels à partir d’un bilan orthophonique. Ce bilan va permettre d'établir la spécificité du trouble, d’en mesurer la gravité et d'évaluer les capacités du patient aussi bien sur le plan oral qu’écrit.
Il permettra également d’écarter d'autres problèmes éventuels pouvant causer les mêmes symptômes qu’un trouble dysorthographique

Le patient peut également être amené à consulter un neuropsychologue. Une évaluation neuropsychologique permet en effet de déterminer les vraies difficultés du dysorthographique et de mieux orienter les traitements à adopter.

Mon intervention

Elle est complémentaire de celle des autres professionnels et se fait avec la participation des parents.

Je travaille à partir de l'enfant et de ce qu'on lui demande à l'école ; leçons, devoirs, etc., le but étant que votre fille ou fils puisse réutiliser tout ce qu’il/elle aura appris, que ce soit à l'école où à la maison. La participation des parents aux séances leur permet de continuer à aider leur enfant en permanence.

J'utilise différentes méthodes et outils spécialisés, graphisme dans la semoule, méthode Borel Maisony, utilisation de lignes en relief, etc…, l’objectif étant de trouver celle(s) lui correspondant au mieux.

Venir avec des bilans orthophoniques, psychologiques, neurologiques, etc… permet de comprendre le plus précisément possible les difficultés et donc de sélectionner des outils adaptés.

Vous pouvez me joindre au téléphone entre deux séances en cas de besoin ou si vous souhaitez simplement un conseil ou échanger avec moi sur une situation imprévue.

   

La dyscalculie

La dyscalculie est un trouble persistant et spécifique de l’apprentissage qui se caractérise par de grandes difficultés dans le domaine des mathématiques. Les enfants qui en souffrent ont des difficultés à traiter les nombres (reconnaître et produire les chiffres, passer de l’oral à l’écrit, etc.), à mémoriser les tables des 4 opérations (addition, soustraction, multiplication et division), à calculer (ils peuvent confondre certaines opérations les unes avec les autres). Ils ont aussi du mal à appréhender les quantités et à comprendre ce qu’est un nombre (lien entre le symbole et la quantité)

Les signes qui alertent

  • L'enfant a des difficultés à compter et doit utiliser ses doigts ou d'autres objets, même pour des petits nombres
  • Il a de grandes difficultés en calcul mental
  • Il a du mal à lire et à écrire des nombres (lire 26 pour 62, écrire 707 pour 77, lire 6 pour 9, etc.)
  • Il a des difficultés à effectuer des opérations arithmétiques, à retenir les tables de multiplication, à comprendre et utiliser les termes mathématiques (la différence, la somme, la quantité, plus que, moins que, deux fois plus que, etc.)
  • Il en découle une difficulté à gérer l’argent
  • L'enfant a du mal à s’orienter dans l’espace

Le diagnostic

Comme pour d'autres troubles des apprentissages, ces difficultés sont facilement attribuées à la paresse ou tout simplement à un manque d'appétence pour les mathématiques.

Pour être établi avec certitude, le diagnostic passe par un bilan complet multidisciplinaire :
  • un bilan neurologique pour écarter la piste d'une éventuelle lésion cérébrale
  • un bilan neuropsychologique pour écarter la piste d'un trouble de la mémoire ou de l'attention
  • un bilan psychomoteur pour s'assurer qu'il n'y pas de trouble de la coordination ou de latéralité

Mon intervention

Elle est complémentaire de celle des autres professionnels et se fait avec la participation des parents.

Je travaille à partir de l'enfant et de ce qu'on lui demande à l'école ; leçons, devoirs, etc., le but étant que votre fille ou fils puisse réutiliser tout ce qu’il/elle aura appris, que ce soit à l'école où à la maison. La participation des parents aux séances leur permet de continuer à aider leur enfant en permanence.

J'utilise différentes méthodes et outils spécialisés (matériel et méthode Montessori, matériel Lebowski, jetons et/ou cubes, jeux de société, etc…), l’objectif étant de trouver celle(s) correspondant au mieux à l'enfant.

   

La dysgraphie

La dysgraphie est un trouble fonctionnel qui rend difficile l’acquisition et l’exécution de l’écriture, et qui touche environ 10 % des enfants. Une personne souffrant de ce trouble peut être capable de très bien dessiner, mais elle est incapable de bien écrire. Sont en cause la forme des lettres, leur tracé, leur liaison.

Les signes qui alertent :

  • Une écriture très lente. Ne pouvant former les lettres de manière naturelle et automatique, l'enfant doit faire d'énormes efforts, qui peuvent aller jusqu'à provoquer des douleurs musculaires
  • L'écriture est peu lisible et peu compréhensible, surtout si l'enfant se force à écrire aussi vite que possible
  • Une difficulté à maîtriser les outils de l'écriture : crayon, règle, gomme
  • Une anxiété voire un refus dès qu'il s'agit d'écrire

Le Diagnostic

La dysgraphie étant un trouble complexe dont les causes peuvent être multiples, l'intervention de plusieurs spécialistes est nécessaire pour établir et confirmer le diagnostic :

  • L'orthophoniste dont le bilan est la première étape
  • L'ophtalmologiste et l'orthoptiste pour écarter d’éventuels troubles de la vision
  • Le psychologue pour écarter tous traumatismes potentiels
  • Le neuropédiatre pour déceler tous problèmes neurologiques

Mon intervention

Elle est complémentaire de celle des autres professionnels et se fait avec la participation des parents.

Elle repose sur :

  • L'évaluation des difficultés de l'enfant à partir des cahiers scolaires et de moyens ludiques en complément
  • L'identification de ses centres d'intérêts, de ses points forts et de ses stratégies d'apprentissages, celles qui sont inefficientes et celles qui sont efficaces quel que soit le domaine dans lequel elles s'exercent
  • Un soutien des attitudes ( motivation, autonomie, responsabilité)
  • La décomposition de diverses situations d'apprentissage pour permettre à l'enfant de prendre conscience de son fonctionnement , de ses ressources et difficultés et devenir acteur de ses propres procédés d'apprentissage
  • L'instauration d'un climat relationnel de complicité et de collaboration
  • Une démarche pédagogique basée sur la réussite, l'enseignement sans erreur, et le jeu . La réussite et le jeu permettent en effet de réenclencher la motivation de l'enfant, le plaisir d'apprendre et lui permettent de mobiliser l'ensemble de ses capacités au service de l'activité
  • L'utilisation de moyens pédagogiques adaptés aux besoins de l'enfant et qui peuvent être créés spécifiquement à partir de ses centres d'intérêt , points forts et stratégies d'apprentissages
  • Une collaboration avec le ou les parents qui assistent aux séances afin de leur permettre de s'approprier les méthodes et techniques utilisées pour rendre l'accompagnement des devoirs à la maison plus efficace et plus serein, et optimiser le travail fait en séance
  • Une collaboration avec les autres professionnels qui interviennent auprès de l'enfant ( enseignant, orthophoniste etc..)

Vous pouvez me joindre au téléphone entre deux séances en cas de besoin ou si vous souhaitez simplement un conseil ou échanger avec moi sur une situation imprévue.

   

La dysphasie

La dysphasie est un trouble structurel et durable du langage, qui fait partie de ce qu'on appelle les troubles Dys. Il touche l'apprentissage et le développement du langage oral. L'enfant dysphasique éprouve des difficultés à s'exprimer oralement, mais aussi à comprendre ce qu'on lui dit.

On estime que ce trouble touche environ 2% de la population, soit plus de 1 million de personnes en France.

La dysphasie s'accompagne souvent d'autres troubles comme la dyslexie (trouble de la lecture), la dysorthographie, ou des troubles du comportement.

Les signes qui alertent :

On parle de dysphasie lorsqu'en l'absence de déficit physique, psychologique ou intellectuel, l'enfant :

  • ne comprend pas ce qu'on lui dit, même lorsqu'il s'agit de consignes simples, notamment après l'âge de 5 ans
  • a du mal à s'exprimer, et utilise des phrase courtes (3 ou 4 mots) avec une syntaxe approximative, ou remplace les phrases par de simples mots (« manger » au lieu de « je voudrais à manger »)
  • n'utilise pas ou très peu les pronoms dans ses phrases et a un vocabulaire extrêmement réduit

Le Diagnostic

Il est posé, sur prescription médicale, par l'orthophoniste à partir d'un bilan de langage effectué en présence des parents. Différents tests sont soumis à l'enfant en fonction de son âge et de ses capacités.

Mon intervention

Elle est complémentaire de celle des autres professionnels (orthophonistes, psychologues, etc.) et se fait avec la participation des parents.

Je travaille à partir de l'enfant et de ce qu'on lui demande à l'école ; leçons, devoirs, etc., le but étant que votre fille ou fils puisse réutiliser tout ce qu’il/elle aura appris, que ce soit à l'école où à la maison. La participation des parents aux séances leur permet de continuer à aider leur enfant en permanence.
J'utilise différentes méthodes spécialisées ( mind mapping, Montessori, … ), l’objectif étant de trouver celle(s) lui correspondant au mieux.

Vous pouvez me joindre au téléphone entre deux séances en cas de besoin ou si vous souhaitez simplement un conseil ou échanger avec moi sur une situation imprévue.

   

La dyspraxie

La dyspraxie est un trouble qui affecte le contrôle, la coordination et la planification d’un geste moteur. L’enfant qui en souffre se voit donc incapable, malgré ses efforts, de réaliser une séquence de gestes de façon harmonieuse et efficace.  Il parait maladroit, immature, paresseux et semble ne pas s’appliquer à la tâche alors qu’au contraire, les ressources cognitives qu’il déploie pour accomplir de simples gestes sont immenses comparativement aux autres enfants de son âge.

Les signes qui alertent :

  • Difficulté à planifier ou à reproduire un mouvement, même simple
  • Difficulté à effectuer les petits gestes du quotidien (s’habiller, lacer ses chaussures, se moucher, utiliser une clé, tracer des traits, couper des aliments, etc.)
  • Difficulté à assembler des objets (casse-tête, Lego, Meccano, etc)
  • Difficulté à s’orienter dans l’espace, sur une feuille, dans un plan, sur une carte, etc.
  • maladresse corporelle et chutes fréquentes
  • Pauvreté dans la précision des gestes
  • Malhabile dans certaines activités sportives (saut à la corde, jeux de balles et ballons, danse)
  • Hypersensibilité ou hyposensibilité au toucher
  • Difficulté de latéralisation (difficulté à reconnaître la gauche et la droite)

Dans le cadre scolaire :

  • Mauvaise préhension du crayon
  • Productions écrites mal organisées sur la feuille
  • Un tracé difficile pour certaines lettres
  • Calligraphie parfois illisible
  • Difficulté avec le décodage de lettres, de chiffres
  • Apprentissage difficile des algorithmes mathématiques (suite d’opérations permettant de donner la réponse à un problème)
  • Difficulté en géométrie

Le Diagnostic

Les premiers soupçons de dyspraxie sont souvent formulés à l'école par l'enseignant ou le médecin scolaire. Compte tenu de la complexité du trouble, le diagnostic ne peut être établi qu'après une série d'examens :

  • l’examen psychométrique (demander de préférence une WPPSI ou WISC, en fonction de l’âge de l’enfant), pratiqué par un(e) psychologue montrera des dissociations caractéristiques de ce trouble cognitif
  • l’examen neuro-psychologique, qui précisera les caractéristiques qualitatives de la dyspraxie, son type (constructive, idéatoire, idéomotrice) et les éventuels signes associés (dyspraxie visuo-spatiale) : c’est à partir de cette évaluation que pourront être posées les indications d’une prise en charge adaptée et efficace (rééducations en ergothérapie, aides techniques)
  • un bilan psychomoteur ou d’ergothérapie
  • un bilan orthophonique
  • un bilan orthoptique et neurovisuel (après un bilan ophtalmologique s’il n’a pas été fait)
  •  

Le diagnostic est posé par un neuropédiatre d’après l’ensemble des tests et bilans réalisés.

Mon intervention

Elle se fait en lien avec les professionnels qui interviennent auprès de l'enfant, et si possible en présence des parents qui pourront ainsi aider au mieux leur enfant dans tous les aspects de la vie quotidienne.

J'utilise divers outils et méthodes spécialisés (graphisme avec de la semoule, lignes en relief, manchon pour crayons, jeux de société pour l’aider à s’organiser, etc…) l’objectif étant de trouver celle(s) qui lui correspondent au mieux.

Venir avec des bilans orthophoniques, psychologiques, neurologiques, etc… permet de comprendre le plus précisément possible les difficultés et donc de sélectionner des outils adaptés.

Vous pouvez me joindre par mail ou au téléphone entre deux séances en cas de besoin ou si vous souhaitez simplement un conseil ou échanger avec moi sur une situation imprévue.